top of page

Ça chauffe pour Symon Welfringer sur la falaise de Seynes

Dernière mise à jour : 27 avr.



Seynes, Gard - Symon Welfringer a récemment ajouté un autre exploit à sa liste de croix en enchaînant"Ça chauffe". Une voie qui s'arque bien comme il faut sur la falaise de Seynes, cotée 9a. L'athlète natif de Metz et aventurier dans l'âme partage son parcours et les défis rencontrés lors de cette aventure.


"Ça chauffe, c’est un magnifique panneau d’arquées qui surplombe la falaise de Seynes, une voie pure et qui me convenait très bien. Une section bloc sur micro-arquées pour continuer sur une envolée de rési bien à calages." partage Welfringer.



Dès sa première montée l'année précédente, il sentait qu'il pourrait un jour atteindre cet exploit. La découverte de "Ça chauffe" c'est fait l'hivers dernier avec son acolyte "Cloclo".


"après 4/5 séances les séquences sont bien assimilées. Malheureusement ou heureusement les conditions en montagne sont excellentes à ce moment alors je décide de délaisser la grimpe pour quelques temps et revenir plus tard."



C'est à l'automne 2023 que Welfringer revient, conscient des conditions cruciales nécessaires et particulièrement difficiles à trouver sur cette falaise plein Sud.


"Arrivent les fêtes de fin d’année que je passe non loin de la falaise en famille et tous les éléments sont réunis : le repos, les nuages, le vent, ma peau plus épaisse que jamais et surtout, j’ai réussi à ne pas toucher à mon calendrier de l’avent chocolaté et ne pas abuser du foie gras pendant Noel.

Je me sens prêt…"


Il était important que tout soit réuni pour optimiser au maximum les chances de réussite.


"En effet, nuages et vent sont les ingrédients nécessaires pour une belle séance dans la voie, sans ça, ma peau disparaît comme neige au soleil. Et le cauchemar commence : régénérer et cicatriser le plus vite possible, crème matin, midi et soir, lame de rasoir pour aplanir le tout, pansements, aérer, recommencer. C’est énervant, douloureux et surtout très frustrant, mais une fois la recette trouvée, tout devient plus simple."




Enfin, le mercredi 27 décembre, après deux montées confiantes et un run presque victorieux la veille, Welfringer réussit à clipper le relais, atteignant ainsi son deuxième 9a. Une joie intense imprègne l'air de la falaise de Seynes.


"Combiner la grimpe à son niveau personnel maximum avec d’autres activités a toujours été pour moi une réelle motivation, trouver le dosage idéale dans l'entraînement pour réussir à être performant sur plusieurs tableaux à des périodes rapprochées, toucher du doigt ce qu’on appelle la Polyvalence et sentir l'entraînement produire son effet.

Au total, 11 séances auront été nécessaires pour venir à bout de ce projet. Mais je gardeen-tête que j’y suis allé de manière bien plus réfléchie et entraînée à chaque fois comparées à mes précédents projets à Ceüse par exemple . Un projet un peu plus loin de la maison n’est au final pas forcément si gênant car cela aide également à temporiser entre les séjours et revenir à chaque fois mieux entrainé et bien reposé."



Welfringer revient rapidement sur sa performance d'il y a deux ans : Pornographie.


"Difficile de comparer avec Pornographie, cette voie de niveau similaire que j’avais enchainée il y a deux ans à Ceüse, étant donné le style bien différent. Mais j’ai l’impression que cette dernière m’avait demandée plus d’investissement à la fois mental et physique, je pense aussi avoir réussi à progresser sur ces deux aspects depuis."


L'année 2023 s'achève pour Symon Welfringer avec une série d'exploits variés et originaux. Anticipant avec excitation la prochaine aventure, il reste ouvert aux découvertes que l'avenir lui réserve.


"Cette année 2023 fut incroyable en termes de projets accomplis, de par leur variété et leur originalité, j’ai hâte de découvrir ce que la prochaine réserve."



💬 : Symon Welfringer

📷 : Damien Largeron 

🗞 : GrimpActu.

Commentaires


bottom of page