top of page

Coupe du monde d'escalade à Innsbruck : Un moment épique avant les Jeux Olympiques



Du 26 au 30 juin 2024 Innsbruck, ville nichée au cœur des Alpes autrichiennes, a récemment été le spectacle d’un événement sportif exceptionnel : la Coupe du Monde d’escalade 2024. Cet événement, dernière grande compétition avant les Jeux Olympiques de Paris, a réuni les meilleurs grimpeurs mondiaux pour des épreuves de bloc et de difficulté, ainsi que les athlètes de para escalade.


La para escalade : Quatre médailles Françaises :



La semaine a débuté avec la para escalade, où l'équipe de France a brillé. Solenne Piret, Lucie Jarrige, Elsa Boutel Menard et Alois Pottier ont tous atteint les finales, rapportant quatre médailles pour la France. Solenne Piret, invincible dans sa catégorie AU2, a ajouté une quatorzième victoire consécutive à son impressionnant palmarès. Lucie Jarrige a dominé la catégorie AL2, tandis qu'Elsa Boutel Menard, à seulement 15 ans, a décroché une médaille d'argent pour sa première compétition internationale. Alois Pottier, malgré une performance impressionnante, a dû se contenter de l'argent, battu de peu par le Norvégien Kim Rishaug. La prochaine étape pour ces champions sera à Arco, en Italie, en septembre.


Le Bloc : suspense et revirements :



Les qualifications de bloc ont marqué le début de cette compétition intense. Les grimpeurs et grimpeuses se sont affrontés sur des circuits techniquement exigeants, où chaque essai comptait. Chez les hommes, le jeune Français Samuel Richard s'est distingué en terminant en tête de son groupe. Avec une maîtrise impressionnante, il a réussi à toper les cinq blocs en seulement huit essais, surpassant des figures emblématiques comme Sorato Anraku et Alberto Ginés López.


L'Espagnol Guillermo Peinado Franganillo, un nouveau venu sur la scène de la Coupe du Monde, a également topé les cinq blocs, bien qu'en onze essais. Sa performance remarquable pour une première participation laisse présager l'émergence d'une nouvelle étoile montante dans le monde de l'escalade.


Les demi-finales ont apporté leur lot de surprises et de déceptions. Du côté des femmes, le circuit extrêmement difficile n'a permis à aucune grimpeuse de toper plus de deux blocs. Janja Garnbret, la favorite slovène, a repris les commandes après une qualification moins éclatante. Avec deux tops, elle a montré une fois de plus pourquoi elle est considérée comme l'une des meilleures grimpeuses de tous les temps. Sa maîtrise du bloc 3, particulièrement complexe avec une séquence de coordination exigeante, a laissé le public et ses concurrentes admiratifs. Malheureseument le jeune Samuel Richard n'a pas su s'exprimer pleinement sur cette phase de demi finale pour accéder à la finale de la compétition.


La Française Fanny Gibert a également réussi à se qualifier pour la finale, avec un top et deux zones. Malheureusement, Oriane Bertone, malgré un top en deux essais et deux zones, a terminé à la première place non qualificative, soulignant la difficulté et l'exigence de cette demi-finale.



La première finale de la Coupe du Monde de Bloc de l'IFSC à Innsbruck a été marquée par la domination de Janja Garnbret. La grimpeuse slovène, célèbre pour son palmarès impressionnant, a remporté son 17e titre en Coupe du Monde de bloc, suscitant une explosion de joie parmi les 3 000 spectateurs présents. Sa victoire n'a été scellée qu'au dernier bloc, qu'elle a réussi à surmonter après trois essais, marquant ainsi une soirée émouvante.


Garnbret, 25 ans, a terminé la compétition avec quatre tops et quatre zones, devançant ses concurrentes, dont la jeune prodige slovène Jennifer Eucharia Buckley et Annie Sanders des États-Unis. Pour Garnbret, cette victoire était non seulement un test crucial avant les prochains Jeux, mais aussi une démonstration de sa constante détermination à rester au sommet de son sport.


Anastasia Sanders et Jennifer Buckley ont également impressionné en prenant respectivement la deuxième et la troisième place, offrant à la Slovénie une double présence sur le podium. Malgré une performance encourageante, Fanny Gibert a terminé à la sixième place. Cette compétition à Innsbruck s'avère être un excellent prélude avant les Jeux Olympiques de Paris, où Janja Garnbret s'annonce comme une favorite incontestée.



La finale masculine de la Coupe du Monde de Bloc à Innsbruck a été dominée par l'équipe japonaise. À la surprise générale, Anraku Sorato, actuel champion de la Coupe du Monde de Bloc et numéro un mondial, a terminé à la troisième place avec deux tops et trois zones, manquant de peu le dernier bloc et remportant ainsi sa première médaille de bronze en Coupe du Monde.


Le sommet du podium a été occupé par Amagasa Sohta, 24 ans, qui a décroché sa première médaille d'or grâce à une performance spectaculaire de trois tops et trois zones, concluant avec succès le quatrième bloc en quatre essais. Amagasa a exprimé sa joie en disant : "Je n'arrive pas à y croire, c'est comme un rêve ! Ma performance aujourd'hui était très bonne, presque parfaite. Merci beaucoup !"


Narasaki Meichi a complété le triplé japonais en remportant sa deuxième médaille d'argent consécutive à Innsbruck, avec également trois tops et trois zones, mais plus d'essais que son compatriote Amagasa. Le quatrième participant japonais, Kayotani Ritsu, a terminé sixième avec trois zones et sans aucun top.


Les finalistes britanniques et allemands, Toby Roberts et Elias Arriagada Krüger, ont respectivement terminé en quatrième et cinquième positions. Roberts a réussi deux tops et deux zones, tandis qu'Arriagada Krüger a obtenu un top et trois zones.


C'est la troisième fois que l'équipe nationale japonaise réalise un triplé au podium de bloc masculin, avec des précédents à Innsbruck en 2021 et à Séoul en 2022. La Coupe du Monde de l'IFSC à Innsbruck 2024 se poursuit demain avec les qualifications de la difficulté.


Malgré les efforts louables de Samuel Richard et Thomas Lemagner, aucun grimpeur français n'a réussi à atteindre la finale masculine. Samuel Richard, après ses qualifications impressionnantes, n'a pas pu réitérer sa performance en demi-finale, soulignant la dure réalité des compétitions de haut niveau. Lemagner, avec une cinquième place en qualifications, a montré un potentiel prometteur pour l'avenir.


La Difficulté : La Confirmation des Légendes :



Les finales ont marqué la fin d'un événement spectaculaire de cinq jours au légendaire Kletterzentrum d'Innsbruck, en Autriche. Jakob Schubert et Janja Garnbret ont tous deux décroché l'or, ajoutant de nouvelles médailles à leur impressionnante collection.


Le favori local, Jakob Schubert, a été le premier à briller lors de la finale masculine de difficulté. Grimpant en dernier, Schubert n'a pas réussi à clipper le mousqueton le plus élevé, mais a néanmoins obtenu le meilleur score de 49+, remportant ainsi sa 21e médaille d'or en Coupe du Monde dans la discipline de difficulté.


Schubert a partagé son ressenti après la compétition : "Grimper ici à domicile est toujours différent, c'est toujours spécial. Cette voie aujourd'hui était particulièrement difficile, c'était un combat acharné dès la moitié du parcours. Chaque mouvement me donnait l'impression que j'allais tomber. Je n'étais peut-être pas le meilleur grimpeur sur la voie ce soir, mais j'étais le meilleur combattant, et c'est ce qui m'a permis de gagner. Et c'était aussi grâce à la foule."


Il a ajouté : "Je suis toujours très concentré et je n'entends pas grand-chose pendant que je grimpe. Je ne pourrais pas dire quelle chanson jouait, mais c'était incroyablement bruyant quand j'ai fait ce mouvement, et j'ai su immédiatement que c'était probablement la victoire. À partir de ce moment, j'ai presque pu en profiter... enfin, pas vraiment, car j'étais épuisé."


Le podium masculin a été complété par l'expérimenté Alexander Megos d'Allemagne, deuxième avec un score de 42+, et Toby Roberts de Grande-Bretagne, troisième avec 41+. L'Américain Colin Duffy, qui avait remporté l'or en bloc et en difficulté à Innsbruck il y a deux ans, a terminé quatrième. Trois grimpeurs japonais : Tanaka Shuta, Homma Taisei et Narasaki Tomoa ont respectivement fini cinquième, sixième et huitième. Le Suisse Jonas Utelli, participant pour la première fois à une finale, a pris la septième place.



Sous une pluie persistante au Kletterzentrum, la finale féminine de difficulté a débuté de manière tumultueuse, avec quatre des six premières grimpeuses tombant sur le même mouvement dynamique, obtenant un score de 22+.


Cependant, les deux dernières grimpeuses ont offert un spectacle à la hauteur des attentes. La Japonaise Mori Ai a pris son temps sur la section cruciale mais, une fois dépassée, a grimpé jusqu'au sommet, sécurisant le dernier mousqueton avec plus de 15 secondes restantes, mettant une pression immense sur Janja Garnbret.


Deux jours après avoir remporté l'or en bloc au même endroit, la Slovène de 25 ans a exécuté une performance remarquable pendant la majeure partie de son ascension, mais a eu du mal à déchiffrer l'un des derniers mouvements, passant plus d'une minute à chercher la solution. Finalement, la championne des Jeux Olympiques de Tokyo 2020 a réussi à surmonter l'obstacle et a atteint le meilleur score avec seulement trois secondes restantes.


"Chaque victoire compte énormément pour moi, car je garde toujours les pieds sur terre, je ne prends rien pour acquis. Je suis toujours concentrée et déterminée à gagner, et la sensation est incroyable à chaque fois," a déclaré Garnbret.

Elle a ajouté : "C'était ma dernière Coupe du Monde avant les Jeux Olympiques. Je vais rentrer chez moi, prendre le temps de me reposer, puis m'entraîner jusqu'à Paris 2024 !"


Les grimpeurs/euses français ont également marqué leur présence lors de cette compétition intense. Chez les femmes, Manon Hily a terminé à la 18e place, tandis que Camille Pouget a obtenu la 13e place, montrant leur détermination et leur compétence face à une concurrence redoutable. Du côté des hommes, Max Bertone a pris la 19e place, prouvant son potentiel et sa capacité à rivaliser avec les meilleurs grimpeurs du monde.



Photo : IFSC

Article : GrimpActu.

Comentários


bottom of page