top of page

Escalade Responsable : Les Bases Indispensables de la Sécurité et de la Prévention

L'univers de l'escalade connaît un essor spectaculaire, mais cette popularité croissante s'accompagne de nouveaux défis, en particulier en matière de sécurité. Nous allons explorer les dangers potentiels qui guettent les grimpeurs, découvrir les statistiques récentes de la FFME et proposer des solutions pour prévenir les risques et favoriser une pratique responsable.



Au cours des deux dernières décennies, le nombre d'accidents d'escalade en salle a connu une augmentation. Cette tendance inquiétante est attribuée à la croissance exponentielle du nombre de pratiquants, mettant en lumière la nécessité urgente de prendre des mesures pour garantir la sécurité de la communauté des grimpeurs.

Les blessures liées à la pratique de l'escalade sont devenues monnaie courante, allant de simples tendinites à des accidents plus graves, tels que des fractures ou parfois même des décès.

La FFME souligne que l'escalade en salle n'est pas intrinsèquement dangereuse, mais plutôt le résultat d'une combinaison de facteurs, dont le manque de formation et d'attention en est souvent la cause.



L'analyse des causes d'accidents révèle des aspects cruciaux pour renforcer la sécurité.


Les chutes normales, représentant 58%, soulignent l'importance de l'apprentissage de la chute et de ses techniques comme cela est fait dans d 'autres sports (judo par exemple). Il est important également de se renforcer musculairement pour pouvoir appréhender la chute de la meilleurs des manières. Il est également intéressant de se faire paré par une personne extérieure si celle ci connaît les techniques de parade.


Les mouvements traumatisants à 12% mettent en évidence la nécessité de renforcer la technique et de mettre l'accent sur un échauffement progressif et efficace. Il est important de ne pas répéter les mêmes mouvements trop de fois d'affilié. Ecoutez votre corps.


L'assurage défectueux à 10% souligne l'impératif d'une formation approfondie des assureurs. Il n'est pas inné de savoir assurer et encore moins de manière efficace. Si vous n'êtes pas sur de vous faites vous aider, posez des questions. Il n'y a aucune honte à ne pas être à l'aise avec l'assurage il faut juste en prendre conscience. Ne lâchez pas la corde même avec des systèmes auto-bloquant , nous observons encore beaucoup trop ce type de comportement en escalade.


5% liés aux tapis et 3% à la superposition des grimpeurs. Cela indique la nécessité d'une maintenance rigoureuse de l'équipement de sécurité mais également d'etre vigilant et d'avoir conscience de son environnement d'activité. L'evaluation des risques est une notion essentielle pour une pratique en toute sécurité.



Escalade de bloc : Les dangers principaux :


Parade et technique de réception :


Les grimpeurs actuels ne sont souvent pas encouragés à apprendre la parade en bloc, argumentant que mal exécutée, elle peut être plus préjudiciable que bénéfique. Cependant, il est pertinent de se demander si cette posture ne devrait pas évoluer vers un apprentissage systématique, à l'instar de l'assurage en voie.


Les techniques de réception sont également mises en cause dans les accidents en bloc. Éviter des réceptions où l'on met les mains pour amortir la chute (risque pour les coudes) ou où l'on atterrit avec les jambes tendues est crucial pour prévenir les blessures.


Chuter et se réceptionner, tout comme apprendre à parer, sont des compétences qui s'acquièrent. Chuter volontairement, commençant par de petits sauts et augmentant progressivement la hauteur, permet de développer ces compétences.


Profiter des séances d'escalade en groupe pour se familiariser avec les gestes appropriés contribue également à renforcer la sécurité.


Capacités physiques insuffisantes :


Certains accidents en bloc sont liés à des capacités physiques insuffisantes. L'agilité, l'équilibre, la force et l'élasticité musculaire sont des qualités nécessaires souvent délaissées.


Cependant, il est encourageant de noter que ces capacités peuvent être améliorées par des exercices d'échauffement spécifiques, même lorsqu'ils sont intégrés aux séances d'escalade.


Les enfants :


Le tapis n'est pas un terrain de jeu. Surveillez attentivement vos enfants et déterminez une hauteur individuelle adaptée pour leur activité.


Quelques conseils pour sécuriser sa pratique :


-Le grimpeur doit s’échauffer en début de séance ;

-Le grimpeur et ses partenaires doivent apprendre à parer seuls et à plusieurs.

-Vérifier que la surface de réception est dégagée ;

-Ne pas grimper au-dessus ou au-dessous d’autrui ;

-Vérifier qu’aucun grimpeur n’est au-dessus de soi afin de stationner ou circuler ;

-Privilégier la désescalade par un itinéraire de descente facile ;

-Savoir se réceptionner en cas de saut ou de chute : se réceptionner sur les pieds, amortir avec les jambes et, éventuellement, se laisser rouler en protégeant ses bras ;

-Savoir renoncer à un passage présentant un mouvement traumatisant ou une chute délicate ;

-Se faire parer si besoin.


Escalade de voie : Les dangers objectif et les dangers subjectif :


Il est possible de classer les dangers de l'escalade en deux grandes catégories : les dangers objectifs et les dangers subjectifs.



➡️ DANGERS OBJECTIFS :


Il s'agit de situations dangereuses qui ne sont pas directement influencées par le grimpeur et, bien que moins fréquentes en escalade sportive, elles sont plus courantes en escalade traditionnelle. La prévention est la clé pour contrôler ces risques, mais il est essentiel de reconnaître que même le respect strict des mesures préventives ne supprimera pas complètement le risque. Explorons des situations potentiellement dangereuses spécifiques et les mesures de prévention correspondantes.


Chutes de pierres et prises cassées :


   - Les chutes de pierres peuvent être causées par des des animaux ou d'autres grimpeurs.

   - Le vent peut déclencher de petites chutes de pierres, particulièrement problématiques après des journées pluvieuses.

   - La morphologie du terrain, en particulier les canaux au-dessus des zones d'escalade, peut contribuer aux chutes de pierres.


Mesures préventives :


 - Porter un casque pendant la pratique et au pied des voies.

 - Éviter de se tenir directement sous les grimpeurs et rester vigilant en tant qu'assureur.

 - Être attentif à la qualité de la roche, éviter les prises instables, prendre en compte la force du vent et l'activité animale potentielle.

 - La communication avec les partenaires est cruciale pour signaler les risques de chutes de pierres.


Conception des voies :


- Des ancrages mal placés peuvent entraîner des connexions précaires avec des distances excessives.

- Des premiers ancrages très hauts, contrairement aux mesures logiques de sécurité, présentent des risques inutiles.


Mesures préventives :


- Observer attentivement chaque situation d'escalade est fondamental.

- Abstenez-vous de grimper si une voie présente un danger évident.


État des ancrages :


 - Éviter les voies avec des ancrages obsolètes, "faits maison", inappropriés pour ce type de roche ou avec des mélanges de métaux.

 - Les ancrages mal fixés, trop anciens ou endommagés après de nombreuses chutes peuvent être dangereux.

 

Mesures préventives :


 - Éviter les voies avec des ancrages obsolètes, "faits maison" ou inappropriés.

 - Inspecter régulièrement et remplacer les anciens ancrages.

 


➡️ DANGERS SUBJECTIFS


Les situations dangereuses qui dépendent directement du grimpeur sont certainement les plus nombreuses. Bien que nous puissions contrôler ces situations, il est inévitable de commettre des erreurs au cours des années de pratique, avec des conséquences potentiellement graves.

Cela nous conduit à conclure que, pour contrôler les dangers objectifs, le facteur le plus crucial est notre conscience. Il s'agit de rester constamment alerte, d'observer attentivement notre environnement et de détecter les situations potentiellement dangereuses qui pourraient conduire à des accidents. Cette vigilance permanente ne signifie pas être tendu ou stressé. Au contraire, un excès de tension peut nous empêcher de détecter un problème, tout comme un excès de détente.

À partir de cette attitude d'alerte, nos outils pour agir correctement sont notre connaissance technique et notre bon sens. Éviter les situations dangereuses devient une habitude cruciale, de sorte qu'un moment d'inattention ne se transforme pas en problème.

Explorons maintenant les situations subjectives potentiellement dangereuses et comment les gérer pour éviter les accidents, ainsi que les bonnes habitudes qui peuvent minimiser ces risques.


Le choix du compagnon de cordée :

Choisir un compagnon pour l'assurage ne devrait pas être pris à la légère. La personne qui nous assure détient clairement notre vie entre ses mains, et nous devons agir en conséquence. Il est courant, dans les zones d'escalade populaires, de voir des inconnus s'assurer entres eux. Certains accidents graves ont résulté directement de personnes en charge de l'assurage. Bien que la vigilance ne puisse pas éliminer complètement le risque, elle nous aide à décider d'accepter ou non de telles propositions. Il est crucial d'être sélectif dans le choix de notre partenaire d'escalade.


Le choix de la voie :

Choisir une voie qui dépasse largement nos compétences peut être dangereux. En cherchant constamment nos limites, nous augmentons le risque de chute, même dans des sections où cela ne devrait pas arriver. De plus, l'insécurité au niveau des ancrages peut être dangereuse, surtout lors des premiers. Des accidents sont survenus lorsque des grimpeurs ont tenté des voies trop difficiles, mettant en jeu des paris risqués.


L'encordement :

- Utiliser toujours le double huit pour s'encorder. C'est un nœud facile à faire et à vérifier visuellement. Apprendre à le faire sans croiser les cordes permet une meilleure répartition de l'énergie en cas de chute.

- Prendre un moment de calme et de silence lors de la réalisation du nœud favorise l'attention au moment crucial, évitant les erreurs liées à la distraction.

- Effectuer une double vérification entre compagnons du nœud assure une sécurité supplémentaire. Cette habitude réduit les risques d'accidents dus à des nœuds mal faits.


Avant de grimper :

- Placer l'appareil d'assurage sur l'anneau ventral du harnais, évitant l'utilisation d'un mousqueton de sécurité pour unir les jambières et la ceinture.

- Assurer que l'orientation de l'appareil est correcte, en effectuant un léger tirage vers le grimpeur pour vérifier qu'il se bloque correctement.

- Faire un nœud simple sur le bout de la corde, idéalement sur la housse, pour éviter les sorties de corde de l'assureur lorsque la voie est excessivement longue.


Pendant les premiers mètres :

- Utiliser la technique de "parade" pendant les premiers mètres pour prévenir une chute dangereuse avant d'atteindre le premier ancrage.

- Utiliser une canne extensible pour fixer la première dégaine est une stratégie utile. Si un retour au sol est imaginable avant de clipper la première dégaine.


L'avancée dans la voie :


Corde passée derrière la jambe :


Une corde passée derrière la jambe peut entraîner une chute dangereuse avec le risque de basculer en arrière et de tomber sur le dos. Le grimpeur et l'assureur doivent être attentifs pour éviter cette situation. Le port d'un casque peut être crucial en cas de chute de ce type.


Chute et assurage :


-La disparité de poids entre le grimpeur et l'assureur constitue un élément crucial à prendre en compte. Si le grimpeur est beaucoup plus lourd que son assureur le contrepoids peut ne pas être suffisant et cela peut se traduire par un retour au sol.


- Un bon assurage est fondamental pour éviter des accidents. L'assurage dynamique, où l'assureur accompagne la chute en se laissant tirer par la corde, est préférable au statique, qui peut provoquer des blessures. La synchronisation de l'assureur, sa capacité à sauter en cas de besoin, sont des aspects cruciaux de l'assurage dynamique.


- Pendant les premiers mètres de grimpe, il est essentiel de modérer le dynamisme de l'assurage pour éviter que le grimpeur ne touche le sol en cas de chute. L'assureur doit s'ajuster en se plaçant près de la verticale du mur.


Manipulation de haute voie :


La règle d'or est de ne jamais dépendre d'un seul point d'accroche. Cela s'applique autant au montage d'une moulinette qu'au desequipement de la voie.

Si vous souhaitez utiliser deux dégaines pour installer une moulinette faites le avec les fermetures orientées de manière opposées sur un matériel relié par deux points.



Il est important de comprendre que toutes les notions pouvant relever d'un danger n'ont pas été abordée et que chacune peut varier suivant plusieurs facteurs. Nous aurions l'occasion d'en aborder d'autres ou d'en approfondir certaines dans de prochains article.


📷 : Xavier Raynal / Émile Pino

🗞 : GrimpActu.

📊 : Chiffres FFME





Comments


bottom of page