top of page

Jules Marchaland réussit la mythique voie "3 Degrees of Separation" à Céüse


Jules Marchaland a réalisé l'une des ascensions les plus prestigieuses en venant à bout de la mythique voie "3 Degrees of Separation" à Céüse. Cotée 9a+ et reconnue pour ses défis techniques et physiques extrêmes, cette voie emblématique, ouverte par Chris Sharma et réévaluée par Adam Ondra, représente un sommet d'excellence pour tout grimpeur.


Retour sur une aventure intense :


Jules a commencé à s'attaquer à cette voie en mai, lors d'une séance photo pour la marque Millet. Dès les premières tentatives, il se sentait à l'aise sur cette voie :


"J'ai commencé à essayer cette voie en mai, il y a environ un mois. J'avais mis trois séances dedans pour faire des images pour la marque Millet. À ce moment-là, je tombais au gros jeté, ce qui était plutôt pas mal. J'étais assez proche et la voie me correspond bien car ce n'est pas trop résistant, c'est dur aux doigts au début, et les mouvements dynamiques, c'est vraiment mon style. C'est une voie de rêve pour tous les grimpeurs, c'est vraiment top d'avoir pu l'essayer. Dès que j'ai commencé, j'ai pris beaucoup de plaisir. C'était vraiment mythique."



La voie, équipée et enchaînée pour la première fois par Chris Sharma en 2007, est connue pour ses trois jetés impressionnants, dont un de plus de 2 mètres coté 7C bloc. Après une première partie résistante en 8c, le grimpeur doit affronter ces mouvements dynamiques extrêmes. Sharma avait proposé une cotation de 9a, mais Adam Ondra, après sa répétition en 2015, a révisé cette cotation à 9a+.


Un défi mental et physique :


Malgré une connexion immédiate avec la voie, Jules a dû faire face à de nombreux obstacles :


"Puis, mentalement, c'est devenu assez dur. Le début n'est pas extrêmement difficile, donc il est facile de manquer des prises ou de mal viser, ce qui peut te faire tomber alors que tu veux enchaîner. Ce n'est pas facile de tomber bas quand tu as vraiment envie de réussir. Au final, je suis tombé six ou sept fois au grand jeté, je l'ai passé deux fois, mais je suis tombé deux fois dans le troisième jeté. C'était de gros craquages, je n'arrivais pas à récupérer, et mentalement, c'était vraiment dur, surtout qu'il ne me restait qu'un jour avant de rentrer". explique-t-il.


Le dernier jour, les conditions météorologiques étaient loin d'être idéales, menaçant de compromettre les efforts de Jules. Cependant, contre toute attente, il parvient à enchaîner la voie lors de son troisième essai de la journée. Une performance remarquable qui témoigne de sa détermination.



Une voie mythique :


"3 Degrees of Separation" est une ligne directe de 25 mètres, version directe d’un projet d’Arnaud Petit, réputée pour ses jetés spectaculaires. Depuis l'ascension de Chris Sharma, une prise aurait cassé, rendant la première partie encore plus exigeante, potentiellement 8c+. La difficulté de la voie réside également dans le contraste marqué entre la résistance de la première partie et les mouvements explosifs des jetés.


Une saison prometteuse


Après cette incroyable performance, Jules Marchaland se prépare pour la saison de Coupe du Monde qui commence fin juin à Innsbruck. Les semaines suivantes, il participera également aux compétitions de Chamonix et Briançon.


"Et après ou pendant, je vais essayer de trouver un peu de temps pour venir essayer 'Ratsaman'," ajoute Jules, déjà tourné vers les prochains objectifs.



💬 : Jules Marchaland

📷 : Marc Daviet

🗞 : GrimpActu.


コメント


bottom of page