top of page

Alex Megos "Sleeping Lion" : Récit de sa Dernière victoire

Dernière mise à jour : 27 avr.



Alex Megos, le grimpeur allemand, a récemment réalisé un exploit en enchaînant la voie "Sleeping Lion".

Dans une interview, Megos nous a partagé des informations sur son parcours en escalade, les subtilités de la voie et la détermination nécessaire pour sortir victorieux d'un projet comme celui ci.


Influences Précoces et Passion pour l'Escalade :


Megos reviens sur ses debuts en escalade à l'âge de 6 ans, inspiré par l'amour de son père pour ce sport. L'escalade est progressivement passée d'une activité familiale à une passion profonde pendant son adolescence.


"J'ai commencé à grimper avec ma famille et les enfants de mon village. Puis J’ai commencé à vraiment aimer ça et à grimper de plus en plus vers l’âge de 12/13 ans. Cela est devenu une véritable passion pour moi."


Retour sur 2023 :


En se concentrant sur les compétitions, Alex Megos a du limité ses sorties en extérieur, mais le grimpeur espère une année 2024 à la diversité plus marquée et couronnée de succès.


"2023 n’a pas été ma meilleure année malheureusement pour l'escalade en falaise mais c'était quand même cool. J’espère qu’il y aura plus à venir cette année. J'etais plutôt concentré sur les compétitions et je n’ai pas fait trop de sorties en extérieur et pour celles que j’ai faites je n’ai pas pu compléter les projets que je voulais. J’espère qu’après la saison de compétition cette année les choses vont changer."



Découverte de "Sleeping Lion":


Initialement enchaîné par Chris Sharma en mars 2023, situé dans le magnifique secteur de El Pati, à Siurana, la voie a rapidement captivé Alex Megos.


"J’avais 2 semaines de vacances au moment des fêtes de fin d’année pour aller y faire un tour et l’étudier un peu. J’espérai avoir la possibilité de la faire. Chris venait de terminer Sleeping Lion et l’avait faite très récemment. Alors je me suis dit que j’allais le faire et profiter du fait que les methodes étaient encore assez fraîches dans ma tête"


Megos, connu pour son style polyvalent, ne s'est pas spécifiquement entraîné pour "Sleeping Lion" mais a tout de même adapté sa routine d'entraînement hivernale.


Déchiffrer Sleeping Lion :


Découpant l'ascension en cinq sections, Megos a souligné les défis distincts que chacune présentait. Il a connu des moments difficiles mais a persévéré malgré la frustration, mettant en avant la force mentale nécessaire pour affronter des voies difficiles.


"La 1ère tu dois monter un 8a, 8a+ de deux nœuds environ et ensuite la voie commence réellement.

La 1ère véritable section est un gros jeté sur crimp. Comme on peut retrouver sur du « Kilterboard boulder ». Mais cela ne m’a pas demandé trop d’effort car j’aime le style « Kilterboard » .

De là tu fais quelques mouvements encore avant un bon repos.

Ensuite vient une section d’environ 10 mouvements avant un petit jeté, là tu te reposes encore.

Et puis tu as environ encore 10 mouvements avant un autre repos sur crimp.

Et du « crimps rest » tu as encore 10 mouvements avant d’arriver à la partie difficile puis un autre repos avant d’atteindre le reste de la section et de là c’est une section 8a, 8a+ jusqu’en haut.

Cette dernière section est assez demandeuse et très dure en endurance car il y a de très nombreux mouvements depuis le début de la voie. Je suis tombé environ 4 fois sur le dernier mouvement, un mouvement très compliqué et 2 ou 3 fois encore avant ça.



Le Chemin vers le Succès :


Megos a travaillé méticuleusement Sleeping Lion pendant trois jours avant de se lancer dans des runs d'enchainement.

Une touche humoristique s'est produite lorsqu'une prise cruciale s'est cassée lors de sa deuxième tentative...


"L’un dans l’autre je pense que le processus de travail était assez bon.

J'ai bossé la voie pendant 3 jours et j'ai ensuite envoyé des runs pendant 5 jours.

Et j’ai réussi à l'enchainer sur mon 8ème jour.

J’ai également rencontré un autre problème sur ma 2ème tentative au 4ème jour.

J’ai cassé l’une des meilleures prise de la voie.

J’ai appelé Chris Sharma pour m’aider à recoller la prise. Il est venu 2 jours plus tard, nous avons retrouvé l’ensemble des morceaux de la prise et nous l’avons recomposée ensemble et recollée où elle était placée juste avant."


Les conseils de Megos :


Utilisant son expérience, Megos a partagé des idées précieuses pour la communauté de l'escalade :


"Le plus important des trucs à mettre en avant c' est d’essayer de prendre du plaisir, de s’amuser et d'y croire, car souvent la partie mentale peut-être plus difficile que ce que l’on aurait pensé.

J’ai également appris que lorsque l’on est vraiment motivé, les choses peuvent paraître plus simples. Les choses prennent du temps mais si tu veux vraiment investir un peu de temps alors bien souvent nous en sommes récompensés."


Et pour la suite...


En regardant vers l'avenir, Megos a une multitude de projets, y compris des ambitions compétitives et la conquête de voies d'escalade encore plus difficiles.


"Mes futurs projets… J’ai de nombreux projets pour le futur.

Au-delà de quelques compétitions et de me qualifier pour les jeux olympiques de Paris,

j’espère pouvoir compléter d’autres projets en falaise enchainer des voies et des projets plus difficiles encore. Il y a définitivement plus de voies que de temps pour les réaliser.

J’ai encore une longue liste de voies difficiles auxquelles me confronter. J’espère faire encore quelques Rock Trips également..."


ll envisage un avenir radieux pour l'escalade, imaginant que les grimpeurs atteindront des niveaux toujours plus difficiles, voir des cotations inédites dans les années à venir.


"Je pense que l'escalade en falaise a encore un très bel avenir, le même que ces 10 dernières années.

De plus en plus de personnes grimperont des voies en 9a, 9b, plus de personnes grimperont également des voies 9b+, 9c, … et éventuellement à un certain point nous verrons les premières voies en 9c+ et peut-être les premières 10a."



💬 : Alex Megos

📷 : marcozanone / janvirtphotography

🗞 : GrimpActu.

Comments


bottom of page