top of page

Erwan Lievin : L'ascension d'un champion de para-escalade


Erwan Lievin, 21 ans, est un grimpeur passionné qui a récemment terminé sa licence STAPS en entraînement sportif. Depuis trois ans, il s'adonne à l'escalade et, depuis deux ans, il fait partie de l'équipe de France de para-escalade. Rencontre avec un athlète déterminé, prêt à repousser ses limites. En tant que grimpeur, Erwan gère son quotidien de manière flexible. "Je pense clairement pas être un exemple sur la vie quotidienne, en écrivant tout ça, je mange une bonne pizza orientale par exemple..." Il essaie néanmoins de dormir entre 8 et 10 heures par nuit, grimpe entre 6 et 8 fois par semaine avec de la préparation physique grâce à son entraîneur Ludovic Delmotte, et s'impose au moins un jour de repos par semaine. "Sinon je grimperais tous les jours..." En plus de ses entraînements, Erwan est étudiant et salarié dans les salles Blocbuster, où il donne des cours, ce qui ne lui laisse pas énormément de temps pour lui, mais il fait ce qu'il aime.


La para-escalade est une discipline d'escalade adaptée aux personnes en situation de handicap. Erwan, qui n'a pas de main gauche mais conserve son avant-bras jusqu'au poignet, explique : "La para-escalade regroupe différents types de handicaps, répartis en plusieurs catégories pour les compétitions. Il y a des déficiences visuelles (B1 à B3), des amputations des membres supérieurs (AU2 et AU3), des amputations des membres inférieurs (AL1 et AL2), et des limitations de mobilité (RP1 à RP3). Plus le chiffre derrière les lettres est élevé, moins le handicap est grave."


Depuis ses débuts en compétition, Erwan a déjà un beau palmarès. "Depuis que j'ai commencé les compétitions, j'ai réussi à être champion de France en 2022 et deux fois vice-champion de France en 2023 et 2024. À l'international, j'ai été troisième en Coupe du Monde en 2022 et cinquième aux Championnats du Monde à Berne en 2023."


Cependant, son parcours n'a pas été sans embûches, notamment en raison d'un changement de catégorie de dernière minute lors de la Coupe du Monde d'Innsbruck en 2023. "Pour faire un cours résumé, j'ai passé une classification avant la compétition pour que une catégorie me soit attribué. Suite à quoi je suis mis dans la même catégorie que les années précédentes. Suite aux qualifications ou je finis 3ème, donc sûre d'être en final ! Mais les mêmes personnes qui m'avaient fait passer la classification décident de me changer de catégorie ( je suis passé de AU2 à AU3) et vue que je n'avais pas fait les mêmes voies de qualification que les AU3 ils m'ont disqualifié de la compète... Sur le coup c'était assez dur parce que balayer 6 mois d'entraînement dans le vide c'est pas sympa"



Erwan a récemment réalisé son premier bloc en 7c à Fontainebleau, un accomplissement qu'il décrit comme "incroyable". Fontainebleau, où il a commencé à grimper dès sa première année, est devenu son terrain de jeu favori.


"L'extérieur !!! C'est trop bien ! Dès ma première année de grimpe, j'ai eu la chance d'aller à Fontainebleau et ça a été un vrai coup de cœur ! Depuis septembre 2022, je me balade à Fontainebleau pour faire des blocs de plus en plus durs ou juste découvrir des lignes 5 étoiles !


Je suis vraiment devenu accro quand j'ai commencé à travailler Biceps Mou 7B au Cuvier. Cet aspect de se faire détruire dans un bloc au début et au final se rétablir en haut, c'est juste magique. J'ai découvert le game des blocs durs (à mon échelle bien sûr) et je savais que c'était ce que je voulais faire !


Je venais d'apprendre à ce moment que 7B bloc était le niveau max en extérieur dans ma catégorie. J'étais clair dans ma tête, je voulais repousser cette limite. Tout l'hiver, on a eu des mauvaises conditions, mais quand le temps le permettait, j'arpentais la forêt et essayais des blocs durs... Parfois trop durs (pour l'instant ; )) J'ai donc passé mon hiver à me faire rouster... Malgré mon premier 7B flash "Les Tétines au Maunoury". C'est ce jour-là que je suis passé devant Bagheera 7C... La ligne m'attirait et me semblait faisable.


J'ai quand même attendu 3 mois avant d'aller dessus, mais dès la première séance, je réussis à caler 9 des 10 mouvements du bloc ! J'étais hyper motivé à revenir dessus !


À la deuxième séance sur le bloc, je cale le mouvement qui me manquait... Plus qu'à enchaîner !! Mais ce jour-là, rien n'y fait, la troisième main du bloc était trop dégueu pour faire quoi que ce soit. Dès que j'arrivais sur la prise avec mon moignon, je poissais directement, en même temps sous 25 degrés, ça allait être compliqué...


3ème séance, je recale les mouvements un à un. Ils me semblent beaucoup plus faciles et les prises tenaient vraiment mieux ! Au cours de ce calage, je décide de changer de méthode qui fait faire un mouvement plus dur mais qui me fait économiser 4 mouvements de pieds.


Et boom, au premier run de la journée, ça passe en chaussons de location !!"



L'escalade en extérieur présente de nombreux défis, tant physiques que mentaux, qu'Erwan Lievin aborde avec une philosophie de résilience et de passion. Il explique :

"L'avantage que j'ai quand je grimpe dehors, c'est de beaucoup moins me mettre la pression qu'en compétition ou autre. Je suis donc très décontracté quand je suis dehors." Cependant, le défi mental reste présent, alimenté par une forte envie de réussite personnelle.


Sur le plan physique, le bloc qu'il travaillait à Fontainebleau, Bagheera 7C, demandait une intensité et une endurance considérables. "Le bloc est dur, c'est évident (enfin pour moi en tout cas). Je ne pouvais passer que 3 heures dans le bloc avant d'être complètement rincé, je ne pouvais pas travailler le bloc comme je le voulais, mais ça fait partie du jeu." L'un des plus grands challenges pour lui était de se battre contre les conditions météorologiques et deux prises du bloc particulièrement problématiques lors de la deuxième séance.


Pour Erwan, cette réussite à Fontainebleau représente bien plus qu'une simple performance sportive. "C'est un réel accomplissement personnel ! Ça faisait quelques temps que je ne me sentais pas progresser, mais j'ai néanmoins continué de m'entraîner à fond en mode 'trust the process'. Au final, j'y ai mis du temps et de l'investissement, et ça a payé, donc j'étais super fier de rétablir en haut du bloc !" Cette expérience lui a prouvé que les limites actuelles ne demandent qu'à être dépassées, et il compte bien continuer sur cette voie.


Cette réussite est aussi marquée par de vrais moments de partage. "Je n'ai jamais été réellement tout seul sur le bloc, que ce soit avec des personnes que j'ai rencontrées sur place ou avec des amis, et l'escalade, c'est trop bien pour ça !"



Comme beaucoup de grimpeurs, Erwan trouve son inspiration chez des figures emblématiques de l'escalade comme Daniel Woods et Shawn Raboutou, ainsi que chez toutes les personnes qui repoussent leurs limites en voyageant pour réaliser des blocs extrêmes. "C'est super motivant, et j'ai envie de faire de même, c'est sûr !" Il puise également de la motivation dans son entourage proche, admirant le dévouement et l'investissement de ses amis et collègues. "Ils vont l'apprendre en lisant ça, mais actuellement j'ai en tête Baptiste Plomion, Adam Bojman, les grimpeurs de l'USBY, Julien Gasc, Ludovic Delmotte... Et encore plein d'autres, c'est super motivant !"


Pour ses projets futurs, Erwan est clair : il veut continuer de repousser les limites, tant en compétition qu'en extérieur. "Atteindre le 8ème degré à une main, ça fait particulièrement rêver ! J'ai déjà pas mal d'idées de blocs, surtout en Suisse, mais je ne vais pas spoiler encore !" En compétition, son objectif est de faire un podium à la coupe du monde d'Innsbruck en mode grosse revanche, se qualifier aux championnats d'Europe de para-escalade cette année et, pourquoi pas, devenir champion d'Europe, même si c'est en difficulté.


Erwan voit un avenir prometteur pour la para-escalade. "Je pense qu'on est qu'au début du développement du para-escalade. Que ce soit sur le plan compétitif, où le bloc va très certainement arriver dans les prochaines années, ou une potentielle présence aux jeux paralympiques de 2028, ça serait juste incroyable ! Les limites vont exploser grâce aussi à des personnes comme Solenne Piret ou Julien Gasc. Bref, tout est à faire, et c'est top d'arriver à ce moment-là !"



💬 : Erwan Lievin

🗞 : GrimpActu.




Comments


bottom of page